Ohé Ohé capitaine abandonné...

Ce titre pourrait aussi se traduire par "Allo la lune, ici la Terre" ou "Hey oh c'est ton blog qui te parle !".

En ce moment, je cours après le temps ou c'est peut être lui qui court après moi...

J'ai à peu près une dizaine d'articles en "brouillon", un peu comme ma vie...

Cet espèce d'arc-en-ciel qui va et vient suivant l'état de santé de ma maman...

Depuis la grosse frayeur de juillet, son état est stable...

Pas pire, pas mieux...

Elle a pu retourner chez elle, le chez nous de mon enfance, pour des soins palliatifs à domicile.

Il y a des jours avec et des jours sans...

Les médecins ne savent pas nous dire...

Je m'en veux de cette distance géographique entre eux et moi...

Pourtant, cette distance me protège et j'avoue je me protège aussi en y allant physiquement qu'une fois par mois...

Il y a les appels passés aussi souvent que possible...

Mon esprit est avec eux mais c'est le téléphone ce lien entre eux et moi...

Ces appels très souvent bienveillants et parfois même joyeux...

On parle de tout... Du passé, du présent mais on évite habilement le futur...

Car il y aura un jour cet l'appel...

Celui auquel on ne veut pas penser, celui dont on est persuadée pourtant qu'il arrivera...

Un jour...

Le plus tard possible...

Oui, mais quel jour ?

Et de là part tout ce qui fait celle que je suis en ce moment...

Le brouillon dans ma tête...

Faire des projets...

Planifier des choses à plus de 2 jours sans trop savoir si on pourra les réaliser...

Pardon à vous amis et proches...

En ce moment, je vous snobe totalement... Je ne viens pas à vous mais restez là...

J'ai mis de coté aussi le coté associatif, plus assez la tête dedans pour le faire correctement...

C'est assez compliqué en fait de se centrer et s'ancrer sur soi quand on y est pas ou plus habituée...

Continuer mon quotidien déjà bien rythmé...

Continuer de placer un sourire sur mes lèvres quand à l'intérieur c'est parfois tout gris...

Continuer d'être une maman présente quand la petite fille en vous a la peur au ventre de perdre la sienne...

Continuer de vivre comme avant...

Ou presque...

Et si vous saviez comme c'est compliqué...


Et avec du recul, c'était tellement impudique de venir balancer ça ici alors que je n'arrive pas à en parler ouvertement... 
Cette nuit, les mots sont sortis ainsi alors c'est ainsi...