Trouver sa place...

Poulpinou est un enfant soupçonné de dyspraxie visuo spatiale et dysgraphie mais légères.
Je suis la maman d'un
enfant différent mais je ne me sens pas la maman d'un enfant différent.
Je ne suis pourtant pas la maman d'un
enfant comme les autres.


Et j'ai un mal fou à trouver ma place dans tout cela...

Dans ma tête rien n'est clair... 
Je ne me sens pas à ma place avec les parents d'enfants en plus grosses difficultés que Poulpinou...
Je ne me sens pas à ma place avec les parents d'enfants sans difficultés... 

On nous a proposé de rejoindre l'association dyspraxiques mais fantastiques, je n'y suis pas encore prête.
Cela nous ferait sûrement du bien d'échanger avec des personnes qui vivent notre quotidien, mais notre quotidien me parait bien simple à coté de ce que vivent d'autres familles.

J'ai encaissé depuis bien longtemps déjà la différence de mon amour de fils, nous l'avons créé ainsi, il est né ainsi, il grandi ainsi et il vieillira ainsi.

Je vous en avais déjà parlé, nous ne faisons aucuns mystères sur ses soupçons de dyspraxies mais nous n'en avons pas fait quelques chose de grave.

C'est comme ça, juste comme ça !


Poulpinou est un enfant différent, avec un handicap invisible de base mais en plus dans notre cas léger donc encore plus invisible.

Et pourtant...

On enchaîne les rendez-vous, les bilans depuis quasiment 3 ans : ORL, psychomot', orthoptiste, ophtalmo, neuropediatre, psychologue, ...
Papa chéri a la chance d'avoir un travail flexible et d'être à 80% et donc de pouvoir  se dégager du temps.
Sans ça, je n'imagine pas comment on ferait.

J'ai hâte d'être à fin juin, le second rendez-vous neuropédiatre après les derniers bilans, que l'on puisse mettre enfin un mot "Dyspraxie" sur tout cela ou juste que l'on sache que Poulpinou est "plus lent au démarrage" qu'un autre enfant.

Cela ne stoppera pas les rendez-vous, 
Cela ne stoppera pas ses difficultés en un coup de baguette magique.

Cela ne stoppera pas les remarques sur sa façon de manger, sa maladresse dingue, le fait qu'il n'arrive pas à fixer son regard, son hypersensibilité...

Si vous saviez comme j'ai envie de hurler quand j'entends des parents chercher des difficultés à leur enfant alors qu'il n'y en a pas...

Et comme j'ai envie de hurler encore plus fort quand j'entends des gens dire que les "dys" sont une question "de mode"...

À contrario, je n'oserai jamais dire à un  parent avec un enfant plus lourdement touché que Poulpinou : "je sais ce que tu vis !".

Et bien entendu, je ne me plaindrais jamais ouvertement des troubles praxiques de Poulpinou.

Rien n'est simple mais rien n'est compliqué à la fois...


Je n'arrive pas à trouver ma place entre la maman d'un enfant différent et la maman d'un enfant lambda...

Peut être que tout changera quand nous saurons ou peut être pas... 


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire