Maman !

J'ai lu récemment un article qui s'appelait "Maman, quelqu'un a besoin de toi" et qui m'a beaucoup interpellé.

Je me rends compte depuis que je suis en congé parental qu'être maman au foyer et bien ce n'est vraiment pas aussi bien que je pouvais l'idéaliser !

J'ai beau être à la maison : mon ménage n'est pas toujours fait,  ma vaisselle s'entasse et parfois le linge traîne exactement comme quand je travaillais...
Il est déjà arrivé qu'arrive la fin de la journée et que je me dises "Bah, t'as fait quoi aujourd’hui ?" sans pour autant avoir eu du temps de glandouille.

J'en ris souvent mais parfois je déprime aussi j'avoue car ce n'est pas forcément les journées les plus épanouissantes du monde à mes yeux.
Quoi que si, je vais vite en besogne !
C'est super épanouissant quand on se rend compte comme ça l'est pour les enfants.
Je sens bien que Poulpinou a beaucoup pris en assurance, a grandit d'un coup et que Crevette a besoin de mes bras encore pour la bercer, s'endormir, la rassurer tout simplement.

Mais, si je pense de manière égoïste, j'aime beaucoup mon travail et j'aime bien entendu encore beaucoup beaucoup plus mes enfants et du coup j'aime vivre avec cet équilibre entre les deux.

Bon, on verra en septembre si j'y arrive avec deux enfants car avant d'avoir Crevette c'est vrai que mon travail me prenait beaucoup de temps.
Je me rends bien compte que je ne pourrai plus me permettre de faire toutes ces heures supplémentaires et même ramener du travail à la maison s'il le faut.

"Maman quelqu'un besoin de toi" c'est un peu ma vie de tous les jours en ce moment...
Parfois, je dois entendre le mot "maman" une bonne centaine de fois en une journée et rien que de la bouche de Poulpinou !
Crevette ne parle pas encore, elle s'exprime en chouinant et je sais aussi en un regard qu'elle a vraiment besoin de "maman".

Et parfois, j'aimerai ne pas entendre ni voir, prendre du temps pour moi tout en restant à la maison.

Je rêve, je le sais...

En un sourire, un "je t'aime maman" ils arrivent à m'amadouer ! 

Et quand ils auront grandi et qu'ils n'auront plus besoin de moi, je me remémorerais avec plein de nostalgie ces moments où j'avais vraiment l'impression d'être une poulpe...

Ne voyez pas dans cet article un quelconque signe de "elle ne va pas bien", je n'ai jamais eu autant la patate que maintenant depuis la naissance de Crevette.  


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire