Quand Crevette fait la coquine - Acte 3 [récit accouchement]

La dernière fois que j'ai écrit ici, Crevette était encore bien au chaud au creux de moi et en dépassement de terme...

Petit flashback 15 jours en arrière...

Jeudi 1er octobre : toujours aucuns signes d'un accouchement imminent à J+4 !
Depuis le matin, j'ai la sensation de moins sentir mon bébé...
Je décide d’appeler la maternité pour savoir si je dois venir faire un contrôle ou si je dois attendre mon rendez-vous de suivi de dépassement de terme le lendemain matin.
L'interne me dit que c'est plus prudent de venir, qu'un dépassement de terme c'est toujours comme "de l'huile sur le feu".

Je pars donc de la maison hyper zen, sans mes affaires et en me disant que je serai de retour fin de journée voir même pour aller chercher Poulpinou à l'école avec un peu de chance.

Une fois à la maternité j'ai droit à un monitoring pendant une bonne heure et il n'est pas très bon... Crevette va bien mais semble commencer à se fatiguer.
Elle n'est toujours pas pour autant décidée à venir : tête pas appliquée, col fermé, la totale...

Ils décident quand même de me garder en hospitalisation au service des grossesses à risques et de tenter le tout pour le tout : un déclenchement par ballonnets même si rien n'est favorable.

J'ai donc pu tester ce système de déclenchement mécanique compatible en post césarienne et qui est proposé au CHU depuis quelques mois.
Il s'agit de 2 petits ballons que l'on place de part et d'autre du col et dans lesquels sont injectés du sérum physiologique.
C'est un déclenchement qui permet de faire maturer le col jusqu’à 3 cm et donc de passer en salle d'accouchement par la suite.
Le dispositif est posé pour 24h et fonctionne bien.
Pleine d'espoirs et de rêve d'accouchement par voie basse, je donne mon accord.

Clairement, ça fait super mal autant à la pose que pire de pire pendant les injections de sérum phy !!!
J'attends avec impatience les premières contractions qui font me faire vraiment sauter au plafond et surtout de pouvoir enfin rencontrer ma coquine de fille.
Papa Chéri et Poulpinou viennent me voir après l'école et Poulpinou demande déjà où est sa soeur...
Bon, ils peuvent rentrer tranquillement à la maison : ce déclenchement peut prendre du temps et ce n'est pas aujourd'hui que nous verrons la bouille de Crevette... 

Vendredi 2 octobre : j'attends toujours les contractions et je sens Crevette qui s'agite toujours en haut de mon ventre... Coquine !
Les 24h de pose du système des ballonnets approchent alors je m'active en prenant les escaliers, en faisant le tour du service, je vais même jusqu’à proposer de faire les vitres !
Le verdict tombe vers 18h : sur moi, cela n'a pas du tout fonctionné...
A plus de 24h de pose, mon col est à 1 ! Youhou ^^
La pauvre sage femme est désespérée pour moi.
Elle me dit que vraiment on a tout tenté pour ce voie basse que je voulais tant.
Si je ne vois pas mon plateau de petit déjeuner demain matin, je devrai m'attendre et me préparer à une césarienne dans la journée.
Je sais pertinemment que je passe ma dernière soirée de femme enceinte alors je profite à fond de ma Crevette encore au creux de moi.
Poulpinou, Papa Chéri et belle maman m'ont apportés des macarons que je déguste devant The Voice kids au rythme des coups de pieds, poings, tête, fesses de Crevette. 

Samedi 3 octobre : j'entends les petits déjeuners mais le mien ne vient pas...
Je le savais... Je suis prête...
Vers 10h, je reçois la visite de la chef de service et d'une sage femme : dès qu'une place est disponible au bloc c'est notre tour, la seconde césarienne est bien là !
Pas du tout déçue car j'ai vraiment douillé et on ne pourra pas dire que je ne l'ai pas voulu mon accouchement voie basse...
Enfin douillé mais sans pour autant connaître ce que c'est vraiment qu'une contraction qui fait crier ^^ Ne me jalousez pas... Enfin si vous pouvez !

J'appelle Papa Chéri pour lui dire qu'il faut qu'il vienne rapidement car vient l'heure de la douche puis celle de LA rencontre !
On monte au bloc, Papa Chéri ne peut pas assister à la césarienne, il ne savait pas si il voulait ou non du coup ça lui évite le dilemme.
L'ambiance est détendue, tellement détendue que Crevette est surnommée "bébé apèro" ou "bébé apéricube".
Un dernier monitoring, une écho pour voir sa position : la coquine est finalement en transverse comme 1% des grossesses en France et n'a donc aucunes chances de descendre dans mon bassin.
 J'apprécie l'info et me dit que vraiment je n'ai rien à regretter !
Dernier bisous à Papa Chéri, derniers instants à 3... 
Je rentre au bloc, on m'explique que ça va être long car ils vont reprendre exactement sur la première césarienne.
L'anesthésie faite et même x2 puisque la première est ratée, ça y est, j'entends tout mais ne sent rien.
On m'explique que si je n'entends pas ma fille, il ne faudra pas m’inquiéter, que la césarienne peut chambouler les bébés. 
Vient enfin LE moment de la naissance, 12h15, Crevette hurle à pleins poumons !
La gynéco ajoute même un "Ooops désolée, c'est déjà une vraie fille chieuse : elle hurle !" Ambiance plus détendue qu'une césarienne en urgence !
On me présente Crevette, je peux lui faire plein de bisous et la toucher.
Elle est superbe, ma fille est enfin là !
Hâte qu'ils aient terminés l'opération pour enfin prendre mon bébé tout neuf tout contre moi, trouver Papa Chéri en peau à peau avec elle. 

Je sors du bloc, enfin je peux profiter, souffler, fin des péripéties...

Nous sommes désormais 4...


Pardon pour ces 15 jours d'absence... Passer de 3 à 4 ça le fait mais c'est sport quand même !

2 commentaires :